Accueil > Les entours > DU Psychothérapie Institutionnelle de Lille > Pédagogie Institutionnelle > L’école, un lieu de recours possible pour l’enfant et ses parents

L’école, un lieu de recours possible pour l’enfant et ses parents

mardi 14 novembre 2006, par Michel Balat

L’école, un lieu de recours possible pour l’enfant et ses parents

ou : La Pédagogie Institutionnelle : Une non évidence

René LAFFITTE
Intervention du 9 novembre 2006
D.U. de Psychothérapie Institutionnelle - CHRU Lille.

A- La Pédagogie Institutionnelle : une non évidence

Il n’est pas facile de parler de LA pédagogie institutionnelle sans prendre le risque de la faire apparaître comme une totalité fermée, une marque de lessive pédagogique de plus, alors qu’elle ne peut être qu’un champ praxique, un ensemble à jamais non clos.

La pédagogie institutionnelle ça n’existe pas, du moins sous forme de définition : Il n’est pas évident de parler d’une non évidence, quelque chose de complexe, mouvant, contradictoire, multidimensionnel, multirationnel, ou, pour reprendre un mot cher à François Tosquelles, « polyphonique ».
Difficile aussi d’éviter les images toutes faites, les mots surdéterminés, de court-circuiter les habitudes de penser inscrites par les modes de l’époque, les « ça va de soi », comme dirait Jean Oury. Or, comme pas mal de pédagogies dites nouvelles, bien que méconnue et très minoritaire (ou à cause de cela) , malgré les ouvrages publiés, c’est le plus souvent dans ces images toutes faites, que, depuis la fin des années 60, la P.I s’est inscrite : La P.I., c’est le Conseil, c’est l’autogestion, c’est Freinet, c’est la psychanalyse, c’est ringard, c’est pour les malades, c’est le "Quoi de neuf ?", c’est rigide, ça existe encore ce truc ? etc.
La P.I. est effectivement une nouveauté des années 50, qui utilise encore des Techniques Freinet parmi lesquelles, le Texte Libre, une nouveauté découverte en 1968 mais qui datait de 1924. Il est tout aussi difficile de parler de nouveauté à propos de Marx, Freud, Lewin ou Lévi Strauss d’autant plus, qu’en pédagogie, ils n’existent même pas encore.
Et pourtant, pour les élèves qui la rencontrent et la vivent, pour leurs parents ou même pour pas mal de lecteurs de monographies, elle apparaît comme une « modernité » atypique dont on s’étonne qu’elle ne soit pas plus répandue.
On serait donc en droit de se poser la question : la P.I. est-elle aussi pertinente aujourd’hui qu’en 1960 ? À vrai dire la question importe peu, il ne s’agit pas de « vendre de la P.I. » La Pédagogie Institutionnelle en tant qu’étiquette, n’a aucune importance.